TENDANCE | FILM

LA PLATEFORME : comment survivre pendant le confinement avec Deliveroo ?

Avec la fermeture des salles de cinéma et le confinement encore d’actualité, on est obligé de se prendre un abonnement sur nos plateformes de streaming favorites (sauf si on emprunte les codes d'un ami). Ça tombe bien car La Plateforme de Galder Gaztelu-Urrutia vient tout juste de sortir, et colle parfaitement à notre situation actuelle de confinement. Un film qui tente aussi de varier le catalogue Netflix avec une approche politique autour d'un univers proche de la dystopie. On décrypte ici la version platinum de Black Mirror.

Ca raconte quoi ?

Netflix s’essaye au contenu d’épouvante et de survival avec ce nouveau film La Plateforme (production espagnole). Le concept est plutôt simple : une sorte de gigantesque tour avec à chaque niveau deux personnes. Chaque jour une plateforme descend avec de la nourriture. Vous l’avez compris ceux qui sont en haut se pètent le bide et ceux qui sont en bas ramassent les miettes. Ça pourrait tout simplement être une expérience sociale proposée par IbraTV, car dans cette intrigue l’objectif est de savoir si un équilibre va être trouvé pour rationner la nourriture. Beaucoup de mystères autour de cette plateforme, on nous ne nous dit pas qui l’a créé, qui la gère et on ne connait pas l’ensemble des objectifs de chaque participant. Et dernière précision, tous les mois les participants changent de niveau de manière complètement aléatoire, merci l’ascenseur social.

L’histoire se concentre sur quelques personnages. Et celui qui joue le rôle principal, vous l’aurez reconnu avec la photo du dessus : le sosie espagnol d’Arnaud Tsamere. Bon, lui c’est plus clair, on sait pourquoi il est là. On lui a proposé d’intégrer cette expérience pendant 6 mois en échange d’un certificat (le BSR pour conduire des grosse bécanes). Il a passé une sorte de test avec des questions réponses et hop le gars se pointe avec un livre. Parce que oui, avant d’intégrer l’expérience vous avez le droit d’emmener avec vous un seul objet. Et qu’est-ce qu’il ramène Arnaud ? Le livre Don Quichotte. OK Boomer, tu aurais pu au moins prendre un Kindle Amazon pour accéder à plusieurs ouvrages.. Pour résumer, le film est la parfaite métaphore du confinement que l’on vit actuellement. Avec en prime, une livraison Déliveroo chaque jour. Et aussi une métaphore sur les riches en haut, les pauvres en bas bla bla bla. L’équilibre des richesses bla bla Mélenchon et Don Phillipe Martinez ect..

Notre humble avis

Tiens, un film avec une métaphore sur la lutte des classes. Cool, je vais regarder ce 567ème film sur ce thème tout juste après avoir vu le Joker et Parasite. C’est assez extraordinaire de se dire que le film aborde cette grosse thématique de notre société mais arrive tout de même a être vide de sens. Peut être parce que la lutte des classes en sous texte au cinéma c’est fait et refait et qu’on se lasse.. En tout cas, ce film n’apporte rien de plus à l’édifice. En gros : les riches se gavent en haut, les pauvres se détruisent, entre eux, en bas. Ça c’était le projet du film et les mecs se sont dit : « bah on fait une tour avec des niveaux et là je pense on a une belle métaphore« . Mais à part ça, rien du tout. Le film ne pose pas de question, n’apporte même pas de réponse. Il pose juste ce fait là en plein milieu du truc. Les dialogues ne sont pas marquants, or c’est souvent ce qui fait la force des huis-clos et des films à critique sociale. Là pendant 1h on assiste à une discussion entre Arnaud Tsamere et un vieux gars qui s’est pointé avec un couteau qui coupe tout de chez Lidl. Si vous voulez voir des films qui parlent de luttes sociales et qui sont regardables, allez plutôt mater la filmographie de Bong Joon-ho.

Bon le scénario, on a fait le tour. Concernant les personnages, le cœur du problème c’est qu’ils sont tous « caricaturés ». Arnaud Tsamere joue le chevalier, celui qui se pose des questions et vote Benoit Hamon. Son premier compagnon de niveau joue le cynisme. D’autres l’espoir ou la violence. Bref, des personnages qui portent une étiquette et qui vont la garder de la première minute à la dernière. Ce qui laisse aucune place à l’évolution des personnages et rend donc ça beaucoup moins attrayant pour un spectateur. Et surtout plus ennuyeux car plus prévisible. Mais il y a aussi des choix très bizarres. Certains personnages qu’on voit à peine 10sec arrivent à représenter la folie de manière très étrange. Les mecs s’insultent gratos et se chient sur la tête quand même.. Moi aussi je deviens fou en étant confiné en ce moment mais je vais pas chier sur le lit pour autant. Par ailleurs, le choix de nous montrer ce qu’il se passe tout en haut est mauvais. Il nous laisse en appétit sur une possible confrontation. A l’inverse, cela aurait été plus fort de laisser planer le doute sur tout ce qu’il se passe au niveau 0. Bon et la fin du film c’est simple : c’est à vous de l’imaginer. Les scénariste ont eu la flemme de l’écrire.

Quelques points positifs quand même. Ça reste un film très esthétique avec une absence de lumière qui souligne bien le confinement des personnages. On a vraiment une atmosphère oppressante sur chaque séquence. Comme d’habitude, Netflix sort des projets assez bien travaillés sur le plan visuel, dommage que dans le fond ça reste léger. Ils veulent rester grand public donc bon, c’est déjà un certain risque de pousser un film comme La Plateforme sur leur plateforme. Le scénario possède aussi une idée de base plutôt maline avec cette fosse carcérale, mais mon dieu que c’est prévisible..

En deux mots

Une métaphore bien prévisible de la lutte des classes, avec livraison Uber Eats chaque jour et des voisins qui te chient sur la tête. C’est sur Netflix donc évidemment : l’esthétique bien léchée mais les personnages sont trop caricaturés. C’est également un film qui en dit long sur les conséquences de l’isolement. Après avoir vu ça, on est très impatient d’arriver au déconfinement le 11 mai.

2

Note : 2 sur 5.

PARTAGEZ L’ARTICLE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :