TENDANCE | SERIE

THE EXPANSE S5 : mon préciiiiiieeuuuxxxx Anneau…

Non je ne prends PAS de substances illicites et oui vous avez bien lu le titre, ça va parler The Expanse et d'un Anneau mais pas celui-ci, l'autre, plus à gauche sur l'étagère..Oui celui-là ! Il ne fait plus aucun doute que The Expanse est THE série à suivre de ces dix dernières pour tout amateur de S-F qui se respecte. Tant par la qualité de son scénario (tiré de la série de bouquins de James S.A. Corey) que par la narration, sans oublier beaucoup d'autres qualités difficiles à nier à cette adaptation audiovisuelle.

Ca raconte quoi ?

Amer avec une petite pointe aigre assez sympathique et…OH oui, le synopsis de la saison ! Un Rocinante qui a besoin d’une révision ? Il n’en faut pas plus pour que tout le monde se barre de son côté faire sa vie !  Si Hoss reste fidèle à lui-même, toujours en train d’essayer de convaincre des gens pour faire des trucs-le mec relou quoi-, pour les autres, c’est ambiance grosse crise existentielle donc retour aux sources…XANAX(toujours pas une sponso) pour tout le monde !

La meuf du « cap’s » se barre OKLM revoir son ex le terroriste-la sallloo…calmez-vous.- plus ou moins dans son dos, espérant renouer des liens avec son rejeton Filip, qu’elle n’a pas vu depuis….près de vingt piges. Fin de la blague….Tu crois vraiment qu’il va bien le prendre quand tu le retrouveras meuf ? ‘fin je sais pas, t’appelles pour Noël au moins, mais là 20 ANS ALLO QUOI. Bon alors c’est pas mieux pour les deux autres potos de la bande:  La brute qui s’en va ENFIN checker si sa mère adoptive a bien pris ces médocs –She’s dead bro‘- pour au final revoir son gars sûr dans son tiers-quar sûr où il a poussé et cassé ses premières dents et finir en cavale avec son love interest. Le pointeu…PILOTE martien qui va prendre la température sur Mars quelque temps pour tenter de se refaire des matchs de foot à la télé holographique avec son bambin et sa p’tite femme poseeeeeeyyy. En même temps tu t’es tiré, et t’as pas voulu qu’on te demande pourquoi t’es parti sans rien dire. A un moment, faut assumer les gars oh, on est où là, c’est HONTEUX !

Et pendant que chacun fait ses petites affaires, t’as tous les gouvernements de la Galaxie qui veulent se mettre dessus RAMENER LA COUPE A LA MAISON…L’anneau,…pour ramener l’anneau donc, car qui contrôle l’Anneau, gouverne les tous.. Bah oui l’Anneau est un portail très high-tech d’originaire extraterrestre donnant accès ni plus ni moins à une multitude d’autres systèmes et donc de planètes potentiellement habitables, tout du moins exploitables pour les ressources. Autant dire que c’est la Corne d’Abondance et que ça n’a pas de prix. Ah et j’omettais un petit détail de rien du tout : l’ex de Naomi est un terroriste Ceinturien multirécidivistes très charismatique et manipulateur qui envoie deux trois bastos d’astéroïdes ninja sur la Terre faire BIM BAM BOUM, histoire de montrer qui c’est le patroooooon !

Notre humble avis

Tout le monde est partout et nulle part à la fois, tout le monde court à droite puis à gauche. Tout le monde fait nawak et se retrouve dans la sauce presque comme à leurs habitudes en fait.. Sauf Hoss le délégu..le capitaine du Rocinante –avec l’accent por favor gracias-, presque comme d’hab’ quoi. Le mec est toujours aussi droit dans ses bottes, un Soleil entouré de saletés de gros cailloux qui viennent le titiller pour avoir un chouilla de constance dans leur rotation. Nostalgie, mélancolie, un soupçon de fin des temps se mélangent dans cette nouvelle saison qui narre audacieusement les évènements du cinquième livre , tout en y ajoutant son grain de poussière stellaire de par sa réal’.

Parlons de la réal’ ! Propre et fluide comme d’hab’ –décidémment beaucoup de bonnes habitudes ici. Photographie, décors, gestion de la gravité, jeu d’acteurs imotep,imotep. MAIS l’on pourra reprocher une mauvaise gestion du scénario par certains moments qui donne lieu à quelques irrégularités, avec des dialogues et situations un peu poussifs et traîne-la-patte, surtout dans les scènes de retrouvailles. Parfois trop mielleuses, trop « c’est là qu’il faut lâcher tes meilleures larmes » même si ça reste sur-mesure selon les traits de caractère de chacun des personnages. OUI on avoue, on a eu un peu de mal avec les retrouvailles style tragédie grecque un peu trop forcé entre Naomi Hataka et sa « première » famille, même si cette sensibilité reste dans le style du personnage, très douce.

Celles d’Amos étaient par exemple plus modérées, incarnant très justement le pragmatisme et la difficulté de s’ouvrir du personnage. Il faut chercher ses mots dans son regard (les yeux sont le reflet de l’âme, toussa toussa t’as capté).  Sa relation avec Clarissa Mao n’est pas très originale mais a le mérite de permettre au personnage d’évoluer quelque peu et ne pas rester uniquement dans la catégorie « gros bourrin sans faille qui n’a pas l’temps de niaiser ».  Il semble au long de leur cavale vraiment bien « apprécier » sa dulcinée, bien qu’il soit dans la retenue propre à son personnage de ce côté-là. Peaches vient apporter à la fois la douceur et la peur de perdre un être cher dans le cœur-si il en a un, j’vous jure– d’Amos, qui après avoir appris la mort de sa mère adoptive et respiré à nouveau le vieil air de son quartier de Baltimore, a pris plus encore conscience de l’importance d’avoir des personnes à aimer.

De plus, le contraste entre sa force surhumaine et sa sensibilité fait de Clarissa Mao un personnage assez intéressant. Côté Alex, à ce cher Alex Kamal, triste fin pour notre chouchou. Alors que dans les livres, il est toujours vivant, les showrunners après avoir appris pour le call-out autour de l’acteur Cas Anvar, –accusé d’agressions et d’harcèlements sexuels–  ont décidé d’un commun accord avec les auteurs de la saga éponyme, de tout bonnement tuer le personnage. Si l’on comprend la volonté de se débarrasser de ce type de personne lorsque ce genre d’affaires épineuses éclate, il est toutefois très discutable la façon dont les showrunners ont fait disparaître le personnage, laissant un arrière-goût amer, d’incomplétude dans la bouche surtout que le personnage n’y était pour rien, lui. Tuer « à la va-vite » c’est le mot, et c’est regrettable, il aurait été appréciable de recaster le rôle pour ce qui semblera être l’ultime saison du show.

Belle performance de l’acteur Keon Alexander qui nous offre un bon Marco Inaros méchant charismatique et détestable à souhait malgré ses fêlures. La performance de Jasai Chase Owens reste sympathique en Filip Inaros, le fils mal-aimé qui peut-être surjoue un peu sur certaines scènes (mention spéciale au cri de l’avant-dernier épisode qui nous a fait un tout petit peu rire-roooh ça va). Big up et force à Chrisjen Avasarala aka la femme la doyenne d’une série la plus vulgaire qu’on est vu depuis quelques années, qui a perdu et son poste et son mari en une seule saison. Celle qui disait « Earth First » est plus que jamais décidé à ne pas laisser son armée balancer des missiles à tout va sur les Ceinturiens à cause des actions d’un seul de leur habitant un peu trop rancunier. Gros calinou et poutou sur Camina Drummer, celle qui est en train de tout perdre et qui malgré tout reste forte.

EN DEUX MOTS

Malgré quelques longueurs, et des enjeux cruciaux bien amenés bien quelque peu mis de côté au profit du développement plus intimisme des personnages, la saison 5 de The Expanse fait le café et l’on sait tous à quel point le cap’s aime ça !

4

Note : 4 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :