CRITIQUE | SERIE

FINAL SPACE S2 : on se marre dans l’espace..mais pas que !

Fidèle à sa première saison qui nous faisait découvrir un univers déjanté peuplé d'innombrables formes de vie venant de tous les horizons, avec un humour propre et même une cosmogonie plutôt originale, la saison 2 se veut dans la continuité de la première. Tout en évoluant dans sa narration et de celles de ses personnages, pour notre grand plaisir.

Ca raconte quoi ?

On retrouve nos personnages complètement loufoques de la précédente saison mais avec toutefois l’arrivée de nouvelles bouilles toute mimi qui ne manqueront pas de nous rappeler que dans Final Space, le politiquement correct, on l’a balancé par le sas ! Humour cringe pour changer, avec des allusions sexuelles à tout va, voire nécrophile..Et dans la volonté d’aller toujours plus loin dans l’absurde et le borderline, il faut dire que ça fait le café !

Nos héros vont se voir confier une mission qui ferait passer celles d’Ethan Hunt pour du tourisme clandestin : retrouver les clés dispersées ici et là dans l’Univers permettant d’empêcher les araignées spatiales de faire déferler les Enfers comme jaja. Moralité ? Toujours se méfier des araignées, dans le doute, un bon coup de claquette taille 42 et on en parle plus de ces bestioles. Ils vont en apprendre un peu plus sur le sens de la vie, l’Univers et le reste tout en ne manquant pas de nous faire rire dans des situations plus barrées et cocasses les unes que les autres-mention spéciale au running gag avec la peau d’un cadavre alien, on A-DO-RE. Certaines casquettes comiques auront toutefois à défendre l’avenir de l’Univers tout en affrontant leurs passé…Suspens !

Notre humble avis

C’est un grand oui ! Un univers aux dimensions plus profondes et épiques qu’il n’y paraît avec de réels questionnements métaphysique et des codes qui lui sont propres le tout parfaitement cohérent venant rajouter du poids et du crédit à l’histoire et à son background. Des références à peine cachées à ses illustres ancêtres de S-F-coucou Interstellar, H2g2, Star Wars..

L‘humour absurde et lourdingue à souhait toujours présent, avec des dialogues abracadabrants sortis de la bouche de personnages attachants. Des sous-intrigues non dénuées de sens qui développent les traits et le réalisme des personnages et nous rapproche de cette bande de bras cassés, en plus d’ajouter de la profondeur à la série qui paraît se vouloir purement second degré au premier abord. Une animation, une photographie et des décors impeccables avec l’utilisation de photos officielles de la NASA pour certains fonds et un retravail monstre derrière pour les détails, notamment sur la colorimétrie.

Une bande-son au poil qui contrebalance un générique un peu mou…non je suis désolé mais il y a presque tout qui va ici ! Mention spéciale au Lord Commander, toujours présent en tant que Dark Mau..méchant badass as fuck avec une vraie volonté de ne pas le rendre purement manichéen comme la plupart des cartoons du genre via notamment un passé dramatico-pathétique qui ne manquera pas de nous rappeler sous certains aspects de sa construction –vite fait certes-, un certain Dark Vador. Sa voix contraste et se marie étonnamment à merveille avec son design assez simpliste et qui peut inviter à rire de prime abord. On remarquera l’excellente évolution du « pauvre » H.U.E, intelligence artificielle omnisciente et seule maître à bord du Galaxy One durant la première saison avec son unique prisonnier Gary Goodspeed –looser sans cervelle égocentrique et narcissique dont l’humour seul portait presque entièrement la saison 1.

La seule chose que l’on pourrait reprocher à la série, ce serait le manque de développement de certains de ces personnages, peut-être à cause de la multitude d’entre eux. Fox, un des nouveaux venus, est assez mis à l’écart et n’est là que pour être le débile de service alors qu’on a déjà un KVN pour ça ! Cependant, à l’instar de Clarence apparu d’abord une première et unique fois dans la saison 1 et très bien développé dans celle-ci-oui on l’aime notre Clarence-, peut-être que le même sort attendra Fox dans la saison 3 ? Côté tête déjà connue moins mise en avant cette saison, on relèvera le relâchement sur l’évolution de la mascotte de l’équipe Mooncake, alors au centre de l’intrigue de la première saison et censée être la clé de toute cette histoire.

EN DEUX MOTS

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette série est très ambitieuse et c’est tant mieux !  Derrière un humour potache, elle tente de nous conter une vraie aventure spatiale type space-opera empreint de moments nostalgiques qui sauront rappeler avec une certaine retenue, un certain Cowboy Bebop…

4,5

Note : 4.5 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :