CRITIQUE | FILM

COMMENT JE SUIS DEVENU SUPER-HEROS : c’est très long comme titre

On est gâté niveau films ambitieux français cette année. Et Le film du jour n'y fera pas exception. On y retrouvera d'ailleurs notre Pio Marmaï national, il est dans tous les bons plans en ce moment celui-là. Notre avis sur CJSDSH

ÇA raconte quoi ?

Paname 2020 –sans la crise du Covid-, avoir des super-pouvoirs est devenu aussi mainstream que d’écouter du Lady Gaga. Moreau, un flic banal en apparence, est sur une enquête de haute volée. Il est affecté à la surveillance de certains bahuts parisiens où l’on a découvert un trafic de drogue. Après avoir sniffé des vapeurs présentes à l’intérieur d’un tube fluo Gifi, il est désormais capable de balancer.. des boules de feu avec ses mains.

Prisée par les jeunes (plus particulièrement ceux qui n’ont pas de pouvoirs), cette substance enfermée dans ces bâtons de la mort génère également quelques effets secondaires non négligeables. Mourir d’une overdose par exemple. L’inspecteur monsieurtoutlemonde va donc devoir remuer ciel et terre pour remonter la piste jusqu’au dealer. Il se retrouve en team avec Cécile Schaltzmann, une bleue pas si bleu que ça. Il pourra aussi compter sur le soutien indéfectible –enfin presque– de deux anciens super-héros: Monté Carlo et Callista par contre les noms..

Notre humble avis

Bon, le film n’est pas totalement mauvais, mais il y a BEAUCOUP de choses qui entachent la digestion. Le sentiment que le film était très très long au démarrage..

Et ça sort des scènes d’exposition par-ci par-là, avec des personnages clichés as fuck. « Bonyour ! Je suis le commissaire grincheux très grincheux mais en fait j’ai bon fond. » + « Haha ! Moi c’est le flic torturé, sans attache et totalement antipathique » + « Héhé ! Moi c’est la flic qui doit s’imposer dans un milieu majoritairement masculin, alors je fais la dure. » Je vais m’arrêter là, vous l’aurez compris, niveau charisme et originalité des personnages (protagonistes comme antagonistes d’ailleurs) ça ne vole pas haut –le méchant joue avec une toupie beyblade géante..

Ce qu’on retient de ce visionnage, c’est un fil rouge mal exploité, étiré au possible avec des scènes qui durent des PLOMBES. Je n’ai presque pas arrêté de soupirer pendant les 3/4 du film devant tant de pauvreté dans les dialogues -vus et revus. Quid des effets spéciaux et des scènes d’action ? Sans être de mauvaise foi, on peut trouver des FX plus ou moins de même qualité en trifouillant un peu sur Youtube, notamment sur certaines fanfics. La faute au budget, peut-être.

Faites ce test : retirez l’aspect surnaturel du film. C’est bon ? Maintenant qu’est ce qu’il en reste à part un banal trafic de beuh. Hé ouais c’est bien ce que je pensais : ça ne vaut parfois pas mieux qu’un épisode de Julie Lescaut avec du LSD.

En deux mots

On n’est pas convaincu par le film.. mais il faut saluer l’effort et l’envie de développer la SF en France.

2

Note : 2 sur 5.

ABONNE TOI AU SITE !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :