CRITIQUE | FILM

ONODA : à la guerre comme à la guerre

Je vous l’annonce tout de suite, c’est un grand film. Près de trois heures de visionnage qui ne laissent pas son spectateur indemne. Profitez-en, c’est toujours en salle !

ÇA raconte quoi ?

L’histoire vraie d’Hiro Onoda, un soldat japonais servant son pays durant la Seconde Guerre mondiale. Ce jeune homme a été envoyé en poste sur une île aux Philippines dès la fin d’année 1944. Le problème, c’est que le Japon perdait déjà la guerre, et elle s’est d’ailleurs finie quelques mois plus tard. Des dates que tout le monde connaît, deux tristes matins d’août 1945 et la chute des bombes nucléaires.

Hiro et ses compagnons sont isolés sans réels moyens de communication avec leur état-major. Alors que le pays et l’empereur ont capitulé sans conditions, ils se retrouvent face à un dilemme. Faut-il croire les nouvelles de la défaite japonaise entendues à la radio et se rendre ? Ou continuer la lutte ? Certains acceptent amèrement la défaite, pour les autres (et surtout pour Onoda), il n’est pas question de céder. C’est forcément un leurre..

Notre humble avis

Une histoire de guerre parmi tant d’autres à première vue. Cependant, Onoda est aussi un drame et un film traitant de la dévotion parfois démesurée de l’être humain. C’est à la fois profondément émouvant et dur sur le papier. Est-ce que l’adaptation à l’écran de cette histoire vraie est à la hauteur ?

Force est de constater que la mission est réussie pour le réalisateur et l’équipe du film. Et devinez quoi ? C’est un Français aux manettes : Arthur Harari. Décidément, on est gâté en ce moment dans l’hexagone. Une véritable fresque historique nous plongeant dans l’enfer de la solitude et l’antre de la folie qui l’accompagne. L’environnement est très bien mis en scène pour nous immerger dans ce climat anxiogène, enclin aux doutes et à la paranoïa des personnages. Une immersion totale du début à la fin.

2h45 de visionnage, et ce n’est pas sans peser sur l’ambiance écrasante du film. L’expérience cinématographique nous fait ressentir le poids des dizaines, puis des centaines et même des milliers de jours qui passent. « Il faut s’accrocher« , « il faut tenir bon« , voilà le principal message véhiculé par le récit de cet homme, pour qui la Patrie est tout ce qui lui reste. Le casting est très convaincant, il nous donne vraiment l’impression d’être impliqué à 200% dans le projet, ça fait plaisir. Enfin, les compositions musicales, parsemant le silence de la nuit dans cette jungle hostile et impétueuse, finissent de nous convaincre.

En deux mots

Un film poignant accompagné d’une mise en scène puissante, le tout réalisé par un Français. Beaucoup de raisons pour ne pas rater ça au cinéma !

4

Note : 4 sur 5.

ABONNE TOI AU SITE !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :