CRITIQUE | FILM

FEAR STREET : une trilogie hommage aux slasher-movie, mais pas que !

Pas un grand fan du genre horreur et plus particulièrement du teen horror movie.. Pourtant, cette trilogie Fear Street a réussi à me convaincre. Elle m'a même réconcilié avec le genre. Merci Netflix !

ÇA raconte quoi ?

Fear Street est une série de romans à la base, un peu de type chair de poule que j’adore. La série télé, quant à elle, est géniale et surtout bien kitch. Fear Street, c’est également le nom d’une rue donnée en hommage à une famille importante de la ville de Shadyside. « Fear Street », « Shadyside », subtilité zéro en fait. Elle est en opposition depuis des dizaines d’années, voire des siècles, à la ville de Sunnyvale juste à côté là encore on repassera pour la subtilité.

Etrangement, il ne se passe jamais rien de mal à Sunnyvale, alors que Shadyside en prend toujours plein la gueule. Meurtres, accidents tragiques et j’en passe, ce n’est pas la joie là-bas. Et cela même pour le quotidien des habitants, qui semble d’un ennui…mortel ! Sur fond d’une série de meurtres plus qu’étrange, nous allons suivre un groupe d’ados le long des trois volets que compte l’adaptation. Une histoire de sorcellerie séculaire avec du Satan à gogo.

Notre humble avis

Le moins qu’on puisse dire, c’est que l’équipe du film aime ce genre, et ils nous le font bien savoir. C’est bourré de clins d’œil, de références à divers films du cinéma d’horreur, mais également au cinéma de genre. On ne va pas vous les lister ici, vous saurez (ou non) les retrouver. Les ‘clichés‘ qui ont fait la renommée du genre sont également de la partie, et intégrés de manière assez intelligente. Je voudrais m’arrêter quelques instants sur la beauté de la photographie et des lumières dans ce film.. C’est visuellement très réussi, et même dans les moments de pénombre. Les fans de Stranger Things apprécieront également les nuances bleu/rouge des lumières dans certaines scènes d’intérieur.

On est émerveillé, transporté dans un monde presque fantastique coincé entre réel et imaginaire, mais également terrifiant par certains plans et idées de mise en scène. Des séquences parfois assez prévisibles, mais qui peuvent quand même heurter les plus sensibles -il y a un peu de gore slash acharnement. C’est du teen horror movie qui marche bien, malgré une mécanique bien connue des adeptes des films d’horreur. Il y a quelque chose de rafraichissant dans cette trilogie, qui ne vous fera pas regretter les 6h de visionnage.

En deux mots

Une bonne trilogie d’horreur remplie d’amour pour le genre. Vous pouvez y aller !

3,5

Note : 2 sur 5.

ABONNE TOI AU SITE !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :