CRITIQUE | FILM

SWEET GIRL : téléfilm à retrouver prochainement sur W9

Netflix, je vous préviens, on attend compensation de ce film avec une vraie pépite pour la rentrée. Parce que des téléfilms de ce niveau-là.. On n'en retrouve même pas sur SALTO

ÇA raconte quoi ?

Cooper est un jeune père de famille qui va malheureusement connaitre un drame. Effectivement, Sa femme est atteinte d’un cancer, mais l’espoir renait lorsqu’ils entendent parler d’un tout nouveau traitement. Malheureusement, Big Pharma en a décidé autrement. Le traitement ne voit finalement pas le jour à temps pour sauver sa compagne.. Pire, on se rend compte que le lancement de ce traitement a été volontairement retardé par des petites magouilles politiques..

Aie, là vous vous dites que c’est une très mauvaise idée d’énerver Jason Momoa. Eh bien vous avez totalement raison. Première étape : menacer à la télévision et en direct le PDG du laboratoire en question. Ça, c’est juste pour s’échauffer, ne vous inquiétez pas. Il s’ensuit alors une véritable enquête pour découvrir les dessous de cette mystérieuse affaire. Cooper va vite se rendre compte qu’il met les mains dans un sacré bourbier. Un complot politique qui va lui attirer des assez gros problèmes, avec notamment un tueur à gages à ses trousses par exemple..

Notre humble avis

Rien qu’en voyant l’affiche.. ça puait le mauvais film, non ? Certains diront que j’ai de bons pressentiments, moi je dirais plutôt que tout était destiné à nous livrer un bon gros navet sur nos écrans.

Sweet Girl possède toutes les caractéristiques du parfait navet. Déjà, il a un titre qui n’évoque rien et qui en dit trop à la fois –no spoil ceux qui ont vu le film.. Ensuite, il y a Jason Momoa dans le rôle principal. Ça passe quand d’autres acteurs talentueux l’accompagnent pour cacher ses prestations.. Mais lorsqu’il est le seul à l’affiche, méfiez-vous.. On trouve également quelques indices à la lecture du synopsis. Il faut commencer à se poser des questions lorsque vous trouvez dans le synopsis ces trois mots-clés : Vengeance, famille, petite fille. Avec ça, je peux écrire deux ou trois scénarios que Liam Neeson signe les yeux fermés.

Dans les faits, Sweet Girl est tout aussi mauvais. On subit pendant 1h50 une photographie extrêmement moche, sauf si vous appréciez les scènes avec peu de lumière accompagnées d’un filtre marron bien dégueulasse sur tous les recoins de l’écran. Globalement, la mise en scène et la réalisation sont trop peu inspirées. Hormis quelques scènes de combat, on reste clairement sur beaucoup de mauvais goût ou tout simplement un manque de savoir-faire. Evidemment, je vous vois venir avec votre twist final.. Eh bien si cela suffit à rattraper la première heure totalement ratée du film, je vous trouve bien peu rancunier. De mon côté, cela a juste eu le mérite de me réveiller de ma sieste.

En deux mots

Repensez à cette critique lorsque vous reverrez ce film sur W9 à 23h35

1,5

Note : 1.5 sur 5.

ABONNE TOI AU SITE !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :