CRITIQUE | FILM

ADIEU PARIS : l’addition est salée

Benoît Poelvoorde devait se joindre à nous pour l'avant-première, il a été éjecté du cinéma parce qu'il était "éméché". Ca vous donne tout de suite le ton du film.

ÇA RACONTE QUOI ?

Vous voyez le Dîner de Cons ? C’est la même chose, mais avec uniquement des cons. Huit grandes figures de Paris se rejoignent à la table d’un mythique bistrot de la capital, des monuments aujourd’hui en retraite, mais toujours fougueux et avec un appétit particulièrement imposant. Ils se réunissent surtout pour garder le contact, car ils n’ont pas vraiment l’occasion de se croiser le reste de l’année.

Dans ce rituel qui remonte à des décennies, ces anciens « rois de Paris » au sens de l’humour et de l’autodérision intacts, qui s’aiment et se détestent, vont accueillir un tout nouveau membre dans leur fratrie. Malheureusement, un léger quiproquo vient interrompre cette joie des retrouvailles..

NOTRE HUMBLE AVIS

La fouge lyrique d’Edouard Baer est bien présente dans ce film, mais réunir quelques monstres du cinéma autour de cela et d’un bœuf bourguignon est-il suffisant pour faire un bon long-métrage ?

Tout le monde adore Edouard Baer, malheureusement, tout le monde n’aimera pas ce film. Adieu Paris est un long-métrage de potes, fait entre eux et pour eux. C’est le principal reproche que l’on peut émettre, on n’arrive tout simplement jamais à s’approprier le sujet, à se sentir concerné ou même intéressé par ce qu’il se passe devant nos yeux. Le fait de ne pas avoir réellement de scénario a évidemment une part de responsabilité là-dedans. On suit un groupe d’amis dans un bistrot parisien, on suit les situations de chacun, mais on ne va nulle part. Même si chaque personnage est intelligemment mis en lumière, il nous manque un but ou un objectif qui ne concerne pas la saveur du bœuf bourguignon ou le prix du homard. Certaines situations absurdes fonctionnent très bien, le temps d’un instant, on sourit et on savoure l’imagination du réalisateur. On appréciera également cette petite atmosphère nostalgique, que ce soit via les acteurs présents ou tout simplement par les discussions entre les personnages.

Les acteurs sont forcément bons, Edouard Baer réunit le gratin pour ce repas. Mais sont-ils au courant que tout cela est filmé ? Je ne sais pas si les mecs sont des monstres de l’acting ou s’ils sont tout simplement en train d’improviser depuis une heure. Côté technique, la mise en scène reste assez « basique » avec très peu de prises de risque, ça manque également de culot concernant la réalisation. Une caméra braquée sur la table principale, une autre face au bar, on est assez proche de la mise en place du matériel pour une caméra cachée de François Damiens. On adore les scènes absurdes, farfelues, drôles sorties de l’esprit d’Edouard Baer, mais on reste sur notre faim pour Adieu Paris. On en ressort avec un goût d’inachevé, comme s’il manquait un dénouement. C’est frustrant, surtout vis-à-vis du casting et du chef d’orchestre, cela risque également de laisser énormément de spectateurs sur le carreau.

EN DEUX MOTS

Adieu Paris est un film personnel, beaucoup trop d’ailleurs. Drôlement absurde et efficace sur certaines séquences, il ne parvient cependant pas à accrocher ou à intéresser le spectateur tout du long.

2,5

Note : 2.5 sur 5.

Abonne toi au site !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :