CRITIQUE | FILM

Zaï, Zaï, Zaï, Zaï : quand un acteur sort son poireau

Une nouvelle bande-dessinée culte de l'univers de Fabcaro adaptée pour le grand écran, ça vous fait peur ? Nous aussi au premier abord, et pourtant, il semble que le pari soit bel et bien réussi !

ÇA RACONTE QUOI ?

Fabrice, acteur de comédie, part au Leclerc du coin pour remplir le frigo de la semaine. Au moment de payer, il réalise qu’il n’a pas sa carte de fidélité, grave erreur.. Pris entre un vigil très menaçant et une caissière implacable, il décide de dégainer son.. poireau. Celui qu’il venait tout juste d’acheter au supermarché. Commence alors une cavale sans merci, pour celui qui devient rapidement l’ennemi public numéro 1.

C’est la plus grande poursuite de tous les temps, plus impressionnante et risquée que celle de Prison Break. Alors que les médias s’emparent de l’affaire et que le pays est en émoi, le fugitif, partagé entre remords et questions existentielles, trouve un point de chute inattendu, quelque part en Lozère. Peut-on imaginer meilleur endroit pour se cacher ?

NOTRE HUMBLE AVIS

Vous ne connaissez pas la B.D ? Ce n’est pas bien grave. Une simple bande-annonce pour vous donner la couleur, et les premières minutes du film pour vous permettre de percevoir la palette qui vous attend.

Et à la fin de ce visionnage, on se rend compte que l’on a passé un agréable moment. Zaï, Zaï, Zaï, Zaï est clairement un petit ovni dans le paysage cinéma français, il se démarque par la nature de son humour, mais aussi par sa manière de raconter son récit. Bande-dessinée au succès indéniable, le défi était de transposer ce qui fait l’humour bien atypique de cette œuvre sur le grand écran. Il faut dire que le pari est réussi. L’humour est assez fidèle au matériau de base, et cela fonctionne parfaitement en salle. Le spectateur se demande d’abord où il est, puis plus le temps passe, plus le spectateur accepte l’univers, comprend les mécanismes, et rit finalement pour n’importe quelle petite blague.

La réalisation de Francois Desagnat accompagne très bien cette comédie. Tout est fait pour rendre l’atmosphère loufoque, sans pour autant dénaturer le réel. La caméra suit ces personnages en prenant parfois ses distances, tant les situations sont gênantes, comme si on ne voulait pas voir la gêne sur les visages de certains protagonistes – et c’est encore plus drôle. Jean-Paul Rouve, quant à lui, offre une belle prestation. La gueule ordinaire de Monsieur Tout Le Monde fonctionne à merveille pour ce long-métrage. On rit de le voir courir de manière totalement désarticulée sur fond de bande originale ultra comique. Le film est donc une bonne surprise, même si la bande-dessinée jouit certainement d’un univers plus développé et plus complet. Mais pour une petite comédie de 1h30, Zaï, Zaï, Zaï, Zaï fait très bien le boulot !

Bref, une adaptation fidèle, tant sur l’humour que sur l’aspect technique. On est plongé dans l’absurde, mais avec le filtre d’une société que l’on connaît bien. Beaucoup moins perché que du Quentin Dupieux, mais parfois tout aussi drôle.

EN DEUX MOTS

Le curseur de l’absurde est poussé assez loin et les parallèles avec notre société sont souvent très drôles. A ne pas rater si vous souhaitez voir une comédie différente.

3,5

Note : 3.5 sur 5.

Abonne toi au site !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :