CRITIQUE | FILM

ABUELA : Maison de Retraite en moins fun

S'il y a bien un sujet en vogue dans le cinéma horrifique, c'est le temps et la vieillesse. Après Relic en 2020 et Old en 2022, c'est au tour de Paco Plaza, le réalisateur acclamé pour sa saga Rec, de faire son retour dans le game de l'épouvante.

ÇA RACONTE QUOI ?

Susana, une jeune mannequin espagnole, est sur le point de percer dans le milieu de la mode parisien. Mais quand sa grand-mère est victime d’un accident la laissant quasi paralysée, Susana doit rentrer à Madrid. Elle laisse sa vie parisienne de côté pour rejoindre le vieil appartement où elle a grandi, afin de veiller sur celle qui constitue son unique famille.

Mais nous sommes dans un film d’horreur, donc évidemment, rien ne va se passer comme prévu. Alors qu’approche leur anniversaire commun, de vieux souvenirs resurgissent en parallèle d’événements étranges. Le comportement de sa grand-mère devient de plus en plus inquiétant. Abuela nous plonge dans un huis clos familiale où le rapport à la vieillesse est au cœur de l’intrigue et du propos, accompagné de sa sauce magique épouvante.

NOTRE HUMBLE AVIS

Ce nouveau film d’horreur aux origines franco-espagnoles, que l’on pouvait attendre pour les connaissances de son réalisateur sur le cinéma de genre, est finalement (et malheureusement) plutôt décevant.

Bien trop long pour ce qu’il veut raconter, Abuela n’est qu’un simple film d’horreur que l’on aura oublié aussitôt sorti de la salle, à l’inverse de son homologue Relic sorti en 2020 et réalisé par Natalie Erika James. Malgré un sujet au fort potentiel, qui ouvrira des portes sur certaines thématiques intéressantes comme le temps et le troisième âge, ce train fantôme ne parvient plus à captiver une fois passé ses vingt très longues premières minutes. Une exposition bien trop laborieuse et au final peu utile, qui servira certainement à rappeler qu’il s’agit non seulement d’une production espagnole, mais aussi française. Par ailleurs, les plus malins d’entre vous auront d’ores et déjà saisi où le film veut en venir à travers une introduction qui en dévoile beaucoup trop pour garder son spectateur en haleine par la suite.

Car oui, c’est dommage, mais Abuela dans sa forme n’est rien d’autre qu’un film d’épouvante ordinaire. Et qui dit film d’épouvante ordinaire, dit forcément : portes qui claquent à longueur de temps, jeux avec les arrière-plans, ampoules qui clignotent et personnages qui se retournent face caméra à de trop nombreuses reprises. Le tout en deviendra très vite répétitif et assez lassant dans l’ensemble. Les amateurs de films de ce genre ne seront pas dépaysés et malgré quelques efforts de réalisation, le tout se révélera un peu vain. C’est d’ailleurs assez regrettable dans l’ensemble quand on voit tout le talent du casting. Cette actrice du troisième âge fait parfaitement le café et arrive à procurer quelques frissons par moments. Le rythme reste cependant le réel problème de ce film et n’aide pas le spectateur à s’attacher à ces personnages. Un long-métrage qui tiendrait facilement dans un court-métrage d’une trentaine de minutes et qui aurait dû se contenter de ce format-là pour le peu de choses qu’il a à raconter.

Dommage, Paco Plaza avait l’air emballé et sa réalisation offre de beaux moments de frissons. Dans le même thème, nous vous conseillons vivement Relic, un film australien réussi de bout en bout, aux rebondissements inattendus et aux personnages bien mieux développés.

EN DEUX MOTS

Beaucoup trop long pour ce qu’il a à raconter, Abuela avait un fort potentiel qui aurait dû se contenter d’un format court. Regardez Relic, ça parle de la même chose, mais en mieux. 

2

Note : 2 sur 5.

Abonne toi au site !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :