CRITIQUE | FILM

BLACK PHONE : appel masqué en cours..

Scott Derickson nous propose une nouvelle expérience horrifique dans le fin fond du Colorado. Un conseil : ne jamais sympathiser avec un magicien sortant d'une camionnette.

ÇA RACONTE QUOI ?

Finney Shaw est un adolescent de 13 ans, timide mais intelligent, sujet au harcèlement scolaire dès son entrée au collège. Depuis plusieurs jours, des enfants de sa ville disparaissent mystérieusement, mais cela ne semble pas vraiment inquiéter les habitants -ces derniers imaginent des fugues. En réalité, un tueur sadique rode et enferme dans un sous-sol insonorisé ses victimes, et Finney est sur sa liste..

Bloqué dans cette sombre cave, un téléphone accroché au mur, pourtant hors d’usage, se met à sonner. Finney va découvrir qu’il est en contact avec les voix des précédentes victimes de son ravisseur. Ils sont aussi morts que bien résolus à ce que leur triste sort ne devienne pas celui de Finney..

NOTRE HUMBLE AVIS

Scott Derickson et Ethan Hawke font la paire pour nous offrir un sympathique film d’horreur pour passer la canicule (vos salles de cinéma sont parfaitement climatisées, pour rappel).

Ce n’est pas le film de l’année, ce n’est même pas le film d’horreur de l’année, et pourtant, nous avons passé un agréable moment devant Black Phone. Ce long-métrage rassemble tous les bons ingrédients pour proposer une séance horrifique efficace et agréable à suivre aux spectateurs. Une thématique vieille comme Père Fouras est pourtant exploitée ici : un grand méchant kidnappeur d’enfants vadrouille en ville. Mais il faut dire que cela fonctionne comme au premier jour. Les protagonistes sont développés de manière très réaliste, et personne n’est laissé de côté, car la plupart des personnages secondaires participeront activement au récit. Enfin, Ethan Hawke nous refile clairement la chair de poule dans ce rôle de tueur sadique masqué. C’est la bonne surprise du film : un grand méchant terrifiant à chaque apparition. Le masque y est pour beaucoup..

Mais Black Phone a aussi quelques défauts. Le récit est routinier, du vu et revu concernant le scénario et cela ne renouvèle absolument pas le genre. Surtout lors de la première partie du film, qui expose le quotidien des enfants au collège et la montée en pression dans la ville suite à ces différentes disparations. Pour la deuxième partie du long-métrage, Scott Derickson va choisir un angle beaucoup moins terre-à-terre, ce qui peut surprendre si on compare cela à la première heure. Le mariage fonctionne pourtant assez bien, une fois que le spectateur accepte l’idée de ces fameuses conversations téléphoniques -Finney téléphone aux morts, à défaut de téléphoner à la maison. Malgré tous ces bons points, l’intrigue peine à étonner et la conclusion reste peu surprenante. En bref, un film sympathique, mais sûrement pas mémorable. Sauf si vous votre voisin possède un sous-sol insonorisé, lui aussi.

EN DEUX MOTS

Un film d’horreur correct, qui rassemble tous les bons ingrédients pour tenir en tension un spectateur concerné jusqu’à sa conclusion. Avec notamment un méchant terrifiant, bien interprété par Ethan Hawke 

3

Note : 3 sur 5.

Abonne toi au site !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :