CRITIQUE | FILM

LA NUIT DU 12 : pour une enquête au petit jour

Présenté à la Sélection Cannes Première en mai dernier, 'La Nuit du 12' a laissé matière à réflexion pour tous ses spectateurs. Dominik Moll nous propose un polar aussi intriguant que moderne.

ÇA RACONTE QUOI ?

À la PJ, chaque enquêteur tombe un jour ou l’autre sur un crime qu’il n’arrive pas à résoudre et qui le hante. Pour Yohan, c’est le meurtre de Clara. Une jeune femme qui vient tout juste de se faire assassiner en rentrant chez elle. Un crime parmi les plus violents, car Clara a été immolée cette nuit-là.

Yohan, alors fraîchement promu, enchaîne les interrogatoires. Les suspects ne manquent pas, et les doutes de l’enquêteur ne cessent de grandir avec l’ensemble des témoignages. Une seule chose est certaine, le crime a eu lieu la nuit du 12, pour le reste, il faudra s’armer de patience et de résilience dans cette enquête mystérieuse..

NOTRE HUMBLE AVIS

Le cinéma français n’a décidément rien n’a envier aux autres propositions. Si La Nuit du 12 n’est pas parfait, le film rafraîchit le paysage pour ce début de canicule dans l’hexagone. Du cinéma singulier, comme on peut l’aimer.

Dominik Moll surprend avec ce nouveau long-métrage au récit sombre et surtout très hypnotisant. Sans réelle promotion, le film se fait une petite place parmi les autres grandes affiches du moment grâce au bouche-à-oreille. Il faut avouer que La Nuit du 12 remplit parfaitement la mission du polar remarquablement étouffant. On retrouve une enquête obscure, un sujet contemporain et une réelle immersion dans l’environnement et le quotidien de la PJ française. La véracité des propos et la teneur de l’enquête tiennent en haleine le spectateur avec un message de fond pesant, donnant matière à réflexion sur des sujets très importants de notre société actuelle.

On est plutôt bien servi sur la dimension technique avec tout le bon travail de Dominik Moll. La réalisation se marie très bien avec le réalisme de l’histoire, la photographie promet quelques pics d’émotion par-ci par-là, et la bande originale apporte la note dramatique durant certaines séquences. En revanche, on reste sur notre faim par rapport à l’enquête, qui se révèle n’être finalement qu’un prétexte pour mettre en lumière le vrai sujet des féminicides et des rapports hommes- femmes. Par conséquent, l’investigation est beaucoup moins prenante, ce qui provoque aussi des baisses de rythme à quelques instants. Le cinéaste manque parfois également de finesse dans son approche, en forçant le trait pour faire dire à ses personnages ce que l’on a vraisemblablement déjà compris.

EN DEUX MOTS

Sombre et puissant, ‘La Nuit du 12’ apporte une nouvelle note au polar français. Mais malgré toutes ses qualités et son sujet très actuel, le long-métrage manque le coche avec un récit décousu et parfois trop apathique

3

Note : 3 sur 5.

Abonne toi au site !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :