CRITIQUE | FILM

BULLET TRAIN : quand Brad Pitt mène un train d’enfer

Quoi de mieux pour apprécier le RER B que davantage de baston (même si on est déjà bien servi en heure de pointe). Il manque peut-être un casting cinq étoiles comme celui-là

ÇA RACONTE QUOI ?

Lady Bug, de son nouveau nom de code, est un assassin malchanceux et particulièrement déterminé à accomplir sa nouvelle mission paisiblement après que trop d’entre elles aient déraillé. Malheureusement pour lui, il se retrouve embarqué dans un train tokyoïte comportant cinq autres tueurs à gages prêts à en découdre.

Le destin en a donc décidé autrement. Ses différents redoutables adversaires ont tous un point commun, mais les intérêts divergent radicalement.. Lady Bug doit alors tenter par tous les moyens de descendre du train avec une certaine mallette.. Et pour une fois, il n’y a pas de retard prévu !

NOTRE HUMBLE AVIS

Avec un casting pareil, il n’en fallait probablement pas plus pour que le projet soit signé, emballé, pesé et distribué (dans cet ordre précis) aux quatre coins du globe. Pour ce qui est du contenu, on risque d’être beaucoup moins élogieux, même si le produit semble très aguicheur en matière de divertissement. Bullet Train est en réalité une adaptation d’un roman japonais à succès, et si le film propose une réalisation assez convaincante et des scènes d’action haletantes, il peine également à instaurer un rythme de croisière proportionnel au cachet de Brad Pitt –ou à la vitesse du shinkansen. En revanche, les fans de cascades ou de combats au corps-à-corps seront servis avec cette belle proposition de David Leitch, lui-même ancien cascadeur, et ça se remarque tout au long du film.

En dehors de ces scènes d’action bourrines (la discrétion n’est pas dans le starter pack de ces tueurs à gages), les dialogues font mouche la moitié du temps, quand ils ne tombent pas à l’eau par de nombreuses occurrences vues et revues dans les précédents films du même genre -n’est pas Die Hard qui veut. On trouve malgré tout de quoi se sustenter, faire le café, beurrer sa tartine comme on dit. Avec deux heures de film à haute intensité, comme c’est le cas ici, il est presque logique de se satisfaire d’au moins une bonne demi-heure d’action. Les scènes d’exposition et autres schémas narratifs poussifs peuvent vite prendre la tête du spectateur, ce dernier s’étant déplacé pour une seule chose promise dans la bande-annonce : exploser des gueules. Au final, David Leitch tient sa parole avec Bullet Train, ce nouveau long-métrage saura décompresser quelques spectateurs d’une semaine bien chargée.

EN DEUX MOTS

Un divertissement efficace et (pas) cher, mais pas celui que je préfère

3

Note : 4 sur 5.

Abonne toi au site !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :