CRITIQUE | FILM

DE L’AUTRE CÔTÉ DU CIEL : le Wall-E japonais ?

Bon à savoir : les films d'animation japonais ne déçoivent jamais. On est soit sur le cul, soit on passe un bon moment (ou les deux). Notre avis sur le nouveau long-métrage 'De L'Autre Côté du Ciel'.

ÇA RACONTE QUOI ?

Dans les dédales urbains d’une ville steampunk qui n’est pas sans rappeler Amer Béton et Steamboy, nous retrouvons un jeune homme du nom de Lubicchi et son compagnon Poupelle. Lubicchi vit au milieu de grandes cheminées dont l’épaisse fumée recouvre depuis toujours le ciel de sa ville. Il aimerait prouver à tous que son père disait vrai et que, par-delà les nuages, il existe des étoiles.

C’est lors d’un soir d’Halloween que le petit ramoneur rencontre Poupelle, une drôle de créature avec qui il décide de partir à l’aventure. Ensemble, ils vont poursuivre une quête simple en apparence : voir les étoiles. Plus facile à dire qu’à faire dans une ville ultrapolluée –yep, ça va parler écologie.

NOTRE HUMBLE AVIS

Quel sublime film d’animation (et film tout court) que voilà ! Véritable petite pépite des studios d’animation japonais, dont on ne doute plus du talent, De L’Autre Côté du Ciel est une véritable bouffée d’air frais dans le catalogue de l’année 2022. Si la plus grande force du film semblait initialement demeurer dans sa réalisation, et particulièrement dans la mise en scène et l’animation des personnages hauts en couleur, le récit n’a strictement rien à lui envier. Effectivement, si à la lecture du titre et du synopsis, on s’imagine déjà voir débarquer sur de grands chevaux des messages écolos vus et revus, ce n’est pas le cas pour ce projet. On parle du Japon, c’est-à-dire le pays où l’on aime les sous-entendus, ne pas être trop franc du collier –pour le meilleur, comme pour le pire.

De belles métaphores disséminées au gré des minutes pavent le chemin de rêve et de fantastique. Qu’elles soient cachées dans la direction artistique de l’œuvre, le design des personnages ou les dialogues lourd de sens, tout est là pour nous porter, non sans un certain zèle parfois, jusqu’à la conclusion du long-métrage. Côté musique, la bande originale du film De L’Autre Côté du Ciel vient ponctuer, avec une habileté nécessaire, les actions et péripéties des personnages. Au final, on découvre un superbe film d’animation nippon, qui vient une fois de plus confirmer le talent et l’imagination sans limite des studios japonais -presque toujours superbement écrits, qui plus est.

EN DEUX MOTS

De L’Autre Côté du Ciel est un petit chef d’œuvre à son échelle, et elle est déjà bien haute. Chapeau bas à l’équipe du film dirigée par un Yusuke Hirata, qui signe d’ailleurs son premier long-métrage en tant que réalisateur. Domo arigato Hirata-sama !

3,5

Note : 3.5 sur 5.

Abonne toi au site !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :