CRITIQUE | FILM

LES CINQ DIABLES : comme une odeur de bon film

Déjà bien reconnue en tant que scénariste, Léa Mysius ressort sa caméra pour nous proposer un drame familial captivant aux allures horrifiques et fantastiques. Notre critique du long-métrage Les Cinq Diables.

ÇA RACONTE QUOI ?

Vicky est une fille unique et solitaire, et elle a un don : elle peut sentir et reproduire toutes les odeurs de son choix qu’elle collectionne dans des bocaux étiquetés avec soin. Elle passe alors ses journées à la recherche de nouvelles émanations à emprisonner. Elle a extrait en secret l’odeur de sa mère, Joanne, à qui elle voue un amour fou et exclusif, presque maladif.

Un jour Julia, la sœur de son père, fait irruption dans leur vie. Vicky se lance dans l’élaboration de son odeur. Elle est alors transportée dans des souvenirs obscurs et magiques où elle découvrira les secrets de son village, de sa famille et de sa propre existence. Un véritable drame familial aux portes du fantastique.

NOTRE HUMBLE AVIS

C’est la rentrée, une bonne occasion pour aller au cinéma (il y a toujours une occasion pour y aller). Et pour l’évènement, Léa Mysius nous fait oublier la fin de l’été avec ce superbe film Les Cinq Diables. Si vous avez vu la bande-annonce et que vous n’avez rien compris, c’est normal. On vous rassure tout de suite : il faut voir ce film. Les Cinq Diables est d’abord et avant tout un drame familial captivant, avec des personnages complexes emprisonnés dans cette sphère familiale étriquée. Parsemé de références très appréciables, le long-métrage mélange les genres, entre l’horreur, le drame et le fantastique. Cette mixture des ambiances donne toute la singularité au projet et le rend, de ce fait, quasiment unique en son genre. Tout cela est porté par une structure narrative composite, qui révèle quelques indices sur l’intrigue principale au fil des minutes, mais qui garde toujours la main sur le suspense. Cela force le spectateur à être investi, à dépister les éléments de l’intrigue et le tient en haleine jusqu’à la conclusion.

Pour enfoncer le clou, la cinéaste Léa Mysius accompagne ses images avec une bande originale très efficace. Toujours bien choisies, les musiques enlisent le spectateur dans cette terrible histoire. Encore une fois, la musique est multi-genre (mais toujours appropriée), ce qui évite que le long-métrage soit réduit à une catégorie de films bien précis. Le casting est également au niveau, en particulier concernant Sally Dramé, qui joue l’enfant. Un personnage principal intéressant sur plusieurs points, et notamment concernant ses interactions avec les adultes. Elle observe, écoute et comprend chaque situation, comme n’importe quel enfant dans une situation familiale difficile. Ce film n’en fait pas des tonnes et reste très terre-à-terre, ce qui contraste joliment avec son aspect fantastique. Enfin, on assistera aussi à une histoire d’amour complexe et surprenante, qui va d’ailleurs tailler une conclusion que peu de personnes auraient pu anticiper, et c’est une très bonne chose !

EN DEUX MOTS

La réalisatrice Léa Mysius propose ici un parfait mariage entre drame familial et univers fantastique. Elle y rajoute un soupçon d’ambiance étouffante et accompagne le tout avec une superbe bande originale

3,5

Note : 3.5 sur 5.

Abonne toi au site !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :