CRITIQUE | FILM

AFTER 4 : les feux de l’ennui

Quatrième adaptation de la saga éponyme "After", la continuité des aventures de Theresa Young et Hardin Scott, une relation aussi forte que compliquée. Notre critique du film "After, Chapitre 4"

ÇA RACONTE QUOI ?

Tessa et Hardin sont à la croisée des chemins : est-ce que Tessa doit s’acharner à sauver Hardin et leur relation ou est-il temps pour elle de se sauver elle-même ? Après le mariage de sa mère, Hardin reste à Londres et sombre encore plus, tandis que Tessa retourne à Seattle et doit faire face à un drame.

Son entourage semblait déjà penser que sa relation avec Hardin était une mauvaise chose, cet événement inattendu et malheureux ne risque pas d’arranger la situation. S’ils veulent que leur amour survive, ils devront avant tout travailler sur eux-mêmes. Est-ce que leurs chemins les mèneront l’un vers l’autre ?

NOTRE HUMBLE AVIS

Preuve d’amour et déception, c’est un peu entre ses deux stades que le couple ne cesse de se positionner. Hardin cherche à gérer ses démons, et Tessa à le soutenir, mais parfois le garçon rebelle refuse cette aide et disparaît dans les abîmes de lui-même : l’alcool. Les deux personnages au passé et fissures profondes se comprennent, mais s’entre-déchirent constamment parce que leurs attentes ne coïncident plus. C’est un peu ce que le spectateur peut lui aussi ressentir. Et oui, sans surprise, cet énième chapitre tourne en rond, et ne reprend que des morceaux narratifs des précédents volets. Une histoire d’amour qui s’entrechoque et où les deux personnages se heurtent sans arrêt, puis se courent après. Les sous-intrigues ne permettent pas non plus de constituer une matière solide au long-métrage, et les personnages secondaires ne sont que le fruit de facilités scénaristiques.

Tessa est un personnage en plein envol qui ne peut supporter la situation et décide d’y mettre un terme. La distance prise entre Tessa et Hardin permettra ainsi de développer un nouvel aspect relationnel : la rupture. Ambiance plus sérieuse et plus mature qui sort cette fois-ci des scènes de nudité ridicules, dignes de 365 jours ou encore Elite, que nous avons pu voir lors des précédents volets. Trois films suffisent pour raconter une histoire comme celle-ci, ou un format plus long de série pour les intéressés. La technique s’améliore, on perçoit une meilleure photographie ainsi qu’un meilleur cadre. Le jeu des acteurs, paraît plus sérieux et plus mature, mais n’est pas encore convaincant. Faut-il cinq films pour réussir à trouver le parfait équilibre ? La suite de la saga à rallonge n’est plus attendue à cause de son côté superflu et répétitif. C’est dommage parce qu’il s’agit du volet le plus intéressant.. Le final, c’est un peu comme si l’on vous présentait votre gâteau préféré sous les yeux lors de votre anniversaire, mais que vous n’avez le droit que de souffler les bougies. Elle est tellement soudaine, que même à l’issue du générique, on se demande si une séquence finale ne viendrait pas à apparaître.

Pour ce quatrième volet, Tessa et Hardin présentent un nouveau stade de leur relation. À nouveau, la matière du film est trop légère pour être vraiment appréciable, mais il s’agit du volet le plus intéressant, et le plus soignée.

2,5

Note : 2.5 sur 5.

Abonne toi au site !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :