CRITIQUE | FILM

LE LYCEEN : au cœur d’une enfance éclatée

Plus personnel que jamais, le réalisateur Christophe Honoré signe ici son quatorzième long-métrage. Quand un drame familial s'abat sur un jeune adolescent de seulement 17 ans. Notre critique du film 'Le Lycéen'.

SYNOPSIS

Lucas a 17 ans et vit paisiblement son adolescence, quand soudain sa vie vole en éclats après un drame familial. Il voit désormais sa vie comme une bête sauvage qu’il lui faut dompter. Pour surmonter cette épreuve, il décide de rejoindre son frère à Paris et passer quelque temps avec lui.

Avec l’aide de son frère et de sa mère, qui vit désormais seule, il va devoir lutter pour apprendre à espérer et aimer de nouveau. Christophe Honoré signe ici l’un de ses longs-métrages les plus personnels à travers le destin meurtri de ce jeune lycéen.

NOTRE CRITIQUE

C’est le retour au cinéma de Christophe Honoré, la fin d’année approche et c’est toujours à cette période que le cinéaste français nous propose ces œuvres toujours intéressantes et sujettes à débat. Le Lycéen, son nouveau long-métrage, ne déroge pas à la règle. Le réalisateur nous propose de découvrir une œuvre très personnelle, dont il semble en être le personnage principal, cependant interprété avec grand brio par une nouvelle étoile française nommée Paul Kircher. Le Lycéen est une œuvre très sensible et d’une grande intimité. Christophe Honoré arrive, par sa caméra, à capter de déchirants moments de vie. Tous emmenés avec talent par ce casting quatre étoiles où aucun faux pas n’est à déplorer. Juliette Binoche est bouleversante de sincérité et Vincent Lacoste est un parfait grand frère (un peu moins tendre que sa mère). Sans oublier Paul Kircher, le personnage central à l’excellente performance qui aura sans aucun doute sa place dans les Césars de 2023.

Un film d’hiver mélancolique, tragique et déchirant sur la vie d’une famille brisée par le deuil, s’ensuivra l’abordage de nombreuses thématiques intéressantes sur la jeunesse et le temps qui passe. Virtuose à tous les niveaux, Christophe Honoré n’hésite pas à rentrer dans les détails et à tout dévoiler quand il le faut. Les scènes de sexe sont magnifiquement filmées, et voir l’adolescence d’un jeune garçon voler en éclats et sombrer petit à petit se retrouve être un véritable crève-cœur, tant on se retrouve dans la tête de notre personnage principal. Lui-même en est le narrateur jusqu’à changer ingénieusement de point de vue en fin de film. Jamais tout blanc, jamais tout noir, Lucas est un personnage attachant, au comportement atypique et à l’âme sensible qui renversera son spectateur. Malgré ses quelques longueurs et ses petits soucis de scénario, Le Lycéen se classe parmi les meilleurs retours cinématographiques à l’enfance avec Armageddon Time sorti un peu plus tôt (et bientôt, on l’espère, avec The Fabelmans par Steven Spielberg). À ne surtout pas manquer en ce moment en salles !

Nouveau film très personnel pour le réalisateur Christophe Honoré. Sensible et déchirant, ce lycéen incarné avec brio par Paul Kircher vous emmènera au cœur d’une enfance endeuillée et filmée avec virtuosité par l’œil sincère de son cinéaste.

3,5

Note : 3.5 sur 5.

Abonne toi au site !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :