CRITIQUE | SERIE

MERCREDI : le meilleur jour de la semaine

Le projet Netflix le plus attendu de l'année 2022 et la série produite par Tim Burton est enfin disponible sur notre plateforme préférée (lol). Digne héritière du film mythique ou simple produit dérivé ? Notre critique de 'Mercredi'.

SYNOPSIS

Mercredi Addams (Wednesday en version originale) est désormais étudiante au sein de la très particulière Académie Nevermore. Cet établissement rassemble tous les outkasts de la région, bien isolés des normis qui se trouvent en ville à quelques kilomètres. Larissa Weems dirige d’une main de fer l’académie, mais est également l’ennemie jurée de Morticia Addams.

Là-bas, la jeune fille s’y découvre des capacités psychiques étonnantes et essaie dans le même temps de s’adapter aux autres élèves. Mais très vite, et après une série de meurtres qui terrorisent la ville, Mercredi décide de mener une enquête et de percer le mystère de Nervermore, quitte à mettre sa vie en péril..

NOTRE CRITIQUE

Le casting dévoilé, impossible de ne pas être hypé par ce nouveau projet produit par Netflix, main dans la main avec Tim Burton. Et les premières minutes de cette série nous donnent raison. Si les plus rabat-joies d’entre nous reprocheront à ce nouveau projet d’être bien trop teenager, il faut tout simplement leur rappeler que nous sommes sur.. Netflix -tout est teenager ici, les amis. On peut cependant se féliciter de l’équilibre trouvé par les créateurs Alfred Gough et Miles Millar pour à la fois rendre hommage à la franchise Famille Adams, tout en proposant une série qui s’emboîte parfaitement dans la ligne éditoriale de la plateforme svod. On retrouve l’humour macabre et le sadisme des anciens personnages, tout cela concentré dans une aventure dirigée par Mercredi. La mise en scène efficace, aux quelques allures du travail de Tim Burton, enguirlande chacun de ses décors lugubres. On ne voyage d’ailleurs pas tellement, mais l’académie Nevermore, la ville des normis et quelques forêts macabres suffisent à nous tenir en haleine sur huit épisodes.

Impossible de tenir plus longtemps sans évoquer la performance de Jenna Ortega. Physiquement parfaite dans le rôle, mais tout aussi irréprochable dans son jeu d’acteur. Jenna Ortega pilote la série et nous force à l’apprécier au fil des minutes, malgré ses humeurs sinistres –tout est dans le clin d’œil. L’intrigue, quant à elle, est beaucoup plus légère, beaucoup plus Netflix, il faut l’avouer. Mais cette désinvolture nous porte jusqu’à la conclusion sans que le scénario paraisse totalement niais. L’enquête policière tient le suspense malgré ses failles, on reste assez à l’affût pour ne pas s’ennuyer. Mais il y a aussi quelques déconvenues par-ci, par-là dans Mercredi. Certains personnages secondaires sont plus proches du fantôme que de l’outkast. On frôle parfois le ridicule (Oncle Fétide..). Enfin, la conclusion, bien trop standardisée, ternit le bon travail proposé pour ce projet, et achève le tout sur une note clichée. En résumé, Mercredi se distingue par son accessibilité et la pointe de nostalgie qui s’en dégage pour les projets précédents. Les fans de Tim Burton pourront également se satisfaire de quelques concepts esthétiques rappelant (de loin) son travail.

EN DEUX MOTS

L’une des meilleures propositions Netflix de cette année. Jenna Ortega survole les attentes et cette nouvelle version de la Famille Adams dépoussière notre VHS sans perdre totalement l’essence des précédents projets. 

3,5

Note : 3.5 sur 5.

Abonne toi au site !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :