CRITIQUE | FILM

TROLL : la montagne accouche d’un navet

Le réalisateur Roar Uthaug signe son retour dans son pays natal, la Norvège. Après un raté complet pour la franchise 'Tomb Raider', il revient dans le feu de l'action avec un monstre des montagnes. Notre critique du film 'Troll'.

SYNOPSIS

Nora Tidemann contemple, avec son père Tobias le massif de Trolltinden, source de nombreuses légendes dans le pays. Vingt ans plus tard, Nora est devenue paléobiologiste et fait aujourd’hui des fouilles à la recherche de fossiles de dinosaures au nord-ouest de la Norvège.

Plus au nord du pays, à Dovre, un troll se réveille après l’explosion de la montagne pour la construction d’un tunnel. Après avoir été piégé durant un millénaire dans une montagne, le monstre semble se diriger vers la capitale, Oslo, en détruisant tout ce qu’il rencontre. Nora est appelée par les équipes de la Première Ministre pour tenter de comprendre.

NOTRE CRITIQUE

Netflix pimente sa bibliothèque avec de nouvelles œuvres et projets en provenance d’Europe du Nord. L’occasion pour le réalisateur Roar Uthaug de tourner à la maison et avec des acteurs du pays.

Le projet est d’ailleurs assez ambitieux, de la taille du monstre principal du récit. Pour Troll, le cinéaste propose un film de Kaiju tout droit sorti des montagnes norvégiennes, mais malheureusement, le soufflet retombe dès la première minute de visionnage. Pourtant, Netflix a mis la main au portefeuille pour ce projet. Les effets spéciaux sont plus que respectables pour un film diffusé sur une plateforme svod, on peut parfois regretter de ne pas voir cela sur grand écran. Mais on peut également ressentir une impression de gâchis. Le cinéaste Roar Uthaug ne fait pas vraiment d’effort et se contente de suivre le cahier des charges Netflix sans aucune prise de risques. Il y avait quelques bonnes idées de départ, notamment avec le principe de camouflage qui aurait pu donner une chasse au monstre géant bien plus palpitante. Mais c’est raté.

Les personnages sont aussi le reflet de l’ensemble du projet : cliché et irritant. Nora, protagoniste principale de l’histoire, est inspirée de tous les personnages scientifiques, un peu grande gueule, qui s’opposent aux décisions politiques binaires. Merci, je pense que l’on a déjà vu cela dans environ… un million de films. Les autres personnages ne feront pas mieux, et il est quasiment impossible de ressentir la moindre empathie à chaque piétinement du Troll. Finalement, il n’y a pas grand-chose à dire de plus sur ce long-métrage. Vous l’aurez oublié après les fêtes de fin d’année, moi aussi d’ailleurs. Ce projet n’a aucune structure originale, et le fait qu’il soit tourné en Norvège avec des norvégiens ne le rend pas plus intéressant (sauf pour quelques décors en montagne). Il n’y a aucun élément à retenir de ce gloubi-boulga, tout est mauvais ou médiocre : mise en scène, réalisation, scénario, photographie.. Heureusement, d’autres projets cinématographiques du mois de décembre nous feront passer une meilleure fin d’année.

Ce nouveau long-métrage, produit par Netflix, n’arrive même pas à nous distraire, malgré ces séquences d’action explosives. La faute à un récit bien fade et une direction artistique absente. Pourtant, le Troll est visuellement très réussi, mais ça ne suffit pas à faire un film. 

1

Note : 1 sur 5.

Abonne toi au site !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :