CRITIQUE | FILM

BONES AND ALL : une nouvelle rencontre du genre et de la romance

Entre road-trip ensanglanté et “coming of age”, Luca Guadagnino revient avec une proposition des plus intrigantes. Comment grandir sans pouvoir s’intégrer ? Une réponse derrière la métaphore du cannibalisme. Notre critique de 'Bones And All'.

SYNOPSIS

Dans la Virginie des années 80’, la jeune Maren Yearly tente de (sur)vivre et de s’intégrer comme les adolescents de son âge. Un souci, elle est cannibale et n’arrive pas à contrôler ses pulsions. Elle découvre l’amour avec Lee, un vagabond intense et marginal, à peine plus âgé qu’elle.

Elle part alors avec lui en road-trip et en quête d’identité, durant lequel elle croisera la route de nombreux caractères insolites. Ensemble, ils partent à la recherche de la mère de Maren dans un périple de mille kilomètres en prenant des routes délaissées des États-Unis de Ronald Reagan. En dépit de leurs efforts, tout les ramène à leurs démons.

NOTRE CRITIQUE

Bones and All est un funambule. Constamment sur le fil entre le genre et le road-trip amoureux. Et il parvient à aller jusqu’au bout de ses idées sans le moindre effort, en effet, rien ne paraît exagéré ou de trop dans ce nouveau long-métrage.

Le réalisateur Luca Guadagnino réussit à parfaitement lier ses deux œuvres précédentes (Call me by Your Name et Suspira) dans ce sublime mélange, extraordinaire notamment par sa photographie. Rares sont les films tournés à la pellicule ces temps-ci, et c’est ici totalement maîtrisé. Un grain omniprésent qui se fond à l’image, des couleurs vivantes, Arseni Khachaturan (directeur de la photographie) prouve que la pellicule n’est pas morte, et on en est plus que ravi. L’Amérique profonde est ici plus belle que jamais. Ce n’est pas qu’une simple beauté, non seulement en lien avec l’époque diégétique, le grain rend l’image physique, ses couleurs chaudes et agréables renforcent les moments de tendresse et de calme nécessaires pour ces personnages. Mais aussi par son message, Bones and All se sert du cannibalisme pour parler à toute personne qui s’est déjà sentie à l’écart, qui « sort des clous », rejetée ou se sentant rejetée du reste du monde.

Et de manière différente selon les personnages : que ce soit le milieu scolaire, familial ou simplement en montrant des gens en marge totale de la société qu’ils rencontreront en chemin. C’est durant ces moments que le film est vraiment intéressant, en dehors de l’hémoglobine déversée, dans un voyage parsemé de rencontres uniques, aussi fascinantes que terrifiantes. Ce résultat est rendu possible grâce au travail formidable des acteurs, mais aussi à la mise en scène très intimiste avec une caméra qui n’hésite pas à se poser longuement. En un plan et une ligne de dialogue, chaque personnage est défini et servira à forger un peu plus Maren, en bien comme en mal. Des questions vont alors tirailler notre protagoniste : Peut-on accepter le meurtre quand celui-ci est nécessaire ? Est-ce même nécessaire de tuer par faim ? Des interrogations dont chaque rencontre apporte une réponse différente. Bones and All est ainsi également un film sur la morale. Dans son premier degré de compréhension lié au cannibalisme, le film pose la question de ce qui rend quelqu’un bon ou mauvais. Et cela même pour le spectateur, peut-on ressentir de l’empathie ou de la sympathie envers un personnage qui tue de sang-froid un autre être humain pour le dévorer? Un film aussi beau qu’émouvant, avec de multiples niveaux de lecture. On sent l’héritage des deux derniers longs-métrages, et le mélange fonctionne à merveille.

On sort de ‘Bones and All’ avec un sentiment étrange, comme si l’on venait d’assister à quelque chose d’unique. Assez merveilleux par moment, horrible dans d’autres, mais néanmoins un voyage à vivre.

4

Note : 4 sur 5.

Abonne toi au site !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :