CRITIQUE | FILM

LE OTTO MONTAGNE : le sentier sinueux d’une amitié

Felix van Groeningen et Charlotte Vandermeersch, en couple dans la vie, se retrouve derrière la caméra de ce nouveau long-métrage. Une amitié de long chemin dépeinte sur les sentiers des montagnes italiennes. Notre critique de 'Le Otto Montagne'.

SYNOPSIS

Pietro est un garçon de la ville, Bruno est le dernier enfant à vivre dans un village oublié du Val d’Aoste. Ils se lient d’amitié dans ce coin caché des Alpes qui leur tient lieu de royaume. La vie les éloigne sans pouvoir les séparer complètement.

Alors que Bruno reste fidèle à sa montagne, Pietro parcourt le monde. Cette traversée leur fera connaître l’amour et la perte, leurs origines et leurs destinées, mais surtout une amitié à la vie à la mort. Une première adaptation au cinéma du roman de Paolo Cognetti. ‘Les Huit Montagnes’.

NOTRE CRITIQUE

Parmi les premiers films présentés lors du Festival de Cannes 2022, nous retrouvons le projet franco-italien belge : Le Otto Montagne. Le couple de cinéastes derrière la caméra propose ici un voyage en plein cœur des montagnes italiennes, encerclée par d’innombrables sommets, nous y trouverons une amitié complexe. Ce que l’on retiendra de cette nouvelle expérience cinématographique, c’est d’abord son scénario. Complexe, profond et touchant, le récit met d’abord en lumière la complicité entre deux hommes, puis son évolution au fil du temps. Sur le moyen et long terme comme qui dirait. Peu à peu, on voit deux mondes s’opposer naturellement, malgré ce lien fraternel entre les protagonistes. L’un est un montagnard convaincu et sédentaire, l’autre devient un nomade et ressent le besoin de voyager. Le Otto Montagne raconte la fragilité d’une amitié et sa transformation face aux différentes étapes de la vie qui peuvent parfois se confronter à deux trajectoires distinctes. Au milieu de tout cela, au milieu de ces huit montagnes, on retrouve ce lieu qui les unit tant. Une cabane construite de leurs mains et une flamme qui continue de briller.

Visuellement, il vous faudra une bonbonne d’oxygène pour ne pas avoir le souffle coupé. Car si Le Otto Montagne nous touche par son scénario, il est aussi désarmant dans sa mise en scène. Les réalisateurs nous enferment dehors entre ces différents sommets, isolés et coupés du monde extérieur, on ne peut que s’intéresser à cette interaction entre les deux personnages. La richesse de ce lieu permet d’exposer différents cadres tous aussi magnifiques les uns que les autres. Que cela soit des sentiers, une cabane, un lac, un sommet.. Malheureusement, le long-métrage a également quelques failles en termes de rythme. Si on est toujours subjugué par la qualité des images, c’est un peu moins le cas dans les dialogues ou parfois les enjeux. Trop d’étapes, peut-être une période trop dense à raconter, font de ce projet quelque chose de parfois confus, même s’il restera un des films marquants de l’année 2022. Il arrive d’ailleurs au bon moment pour conclure ce mois de décembre : une place de cinéma, un plaid et des popcorns s’il vous plaît.

EN DEUX MOTS

Une véritable claque visuelle dans les Alpes italiennes, avec une mise en scène suspendue tout du long en hautes montagnes. La trame narrative, parfois assez ennuyeuse, vient ternir ce magnifique tableau, mais l’essentiel est là : une amitié touchante qui perdure dans le temps et l’espace.

3

Note : 3 sur 5.

Abonne toi au site !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :