CRITIQUE | FILM

BOITE NOIRE : le cinéma français se porte bien !

Evitez de lancer ce film dans l'avion, vous risquez de devenir parano en quelques minutes. Par contre, si vous êtes fan de Pierre Niney, vous allez adorer !

ÇA raconte quoi ?

Mathieu Vasseur est un agent du Bureau d’enquêtes et d’analyses pour la sécurité de l’aviation civile (BEA). En résumé, il est en charge d’analyser, d’expertiser, d’écouter toutes les boites noires ou les pièces à conviction lors d’un incident aérien. Mathieu est un petit génie du domaine. Le Mozart de la BEA, avec l’oreille absolue pour entendre le moindre élément. On va avoir besoin de lui sur un accident aérien exceptionnel et sans précédent : le crash d’un vol Dubaï-Paris à Bellevaux (Haute-Savoie).

Près de 300 personnes sont mortes dans l’accident. Les raisons de la catastrophe sont encore inconnues, mais la compagnie aérienne Atrian se dédouane déjà de toutes responsabilités. D’abord mis sur la touche, Mathieu récupère l’enquête après la disparition mystérieuse de son supérieur hiérarchique. Bizarre.. mais cela ne sera pas la seule chose étrange de cette enquête. Mathieu vient de mettre le pied dans un sacré bourbier !

Notre humble avis

Boite Noire s’ajoute à la désormais longue liste des très bons films français sortis en 2021. Nous avons un très bon cru cette année, à consommer sans modération !

Pierre Niney est de nouveau à l’affiche, et cette fois-ci avec un film beaucoup plus convaincant –balle perdue pour OSS 117. Boite Noire est le film français à ne rater sous aucun prétexte durant cette rentrée. Un puissant mélange entre drame et thriller psychologique, plongeant les protagonistes et les spectateurs dans le doute permanent. Les premières minutes vous rappelleront sûrement ‘Le Chant du loup‘ : un personnage principal très (ou trop) investi, un peu insociable, possédant un don rare. Certes, mais le film prend une tout autre dimension par la suite.

Après avoir posé le contexte du crash et les bases de l’enquête, on se retrouve littéralement enfouie dans un thriller psychologique. Le personnage principal devient totalement obnubilé par son investigation, au point de sombrer dans la paranoïa et d’impacter directement sa vie personnelle. Il est d’ailleurs superbement interprété par Pierre Niney, qui maîtrise parfaitement les nuances de son personnage tout du long. Le film réussit aussi l’exploit de faire douter le spectateur. Les va-et-vient de l’enquête nous font d’abord croire à la théorie de Mathieu, puis en douter, puis à nouveau y croire.. On sombre en quelque sorte dans la paranoïa avec lui. Le film se permet même de conclure sur une séquence de tension palpable !

On se laisse également envahir par la musique et les effets sonores qui nous plongent finalement dans un univers assourdissant. Un film ambitieux sur tous les aspects, on joue avec les genres, les nuances des personnages et surtout avec la vérité. La réalisation est également inspirée, on y trouvera tout un tas de plans ingénieux pendant plus de 2h. De quoi nous ébahir sur pas mal de séquences. Le film interroge également sur le rapport entre l’homme et la machine, et notamment l’automatisation de notre société. Bref, encore un film français à ne pas rater cette année, ça commence à faire beaucoup là, non ?

En deux mots

Quelle réussite, sur le fond comme sur la forme. Encore un film français à ne pas rater cette année !

4

Note : 4 sur 5.

ABONNE TOI AU SITE !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :