CRITIQUE | FILM

CONTES DU HASARD : et autres fantaisies ennuyeuses

Après une longue balade en voiture sur la rocade tokyoïte, Ryūsuke Hamaguchi nous plonge dans trois fables japonaises toutes aussi modernes qu'ennuyeuses..

ÇA RACONTE QUOI ?

Dans ce nouveau long-métrage, Ryūsuke Hamaguchi explore un peu plus l’intimité du Japon à travers trois contes modernes. Pour ces récits, nous aurons le droit à un triangle amoureux inattendu, une tentative de séduction qui tourne mal et une rencontre née d’un malentendu. Tous, regroupent des trajectoires de femmes ayant un moment ou à un autre le devoir de faire un choix, qui semble-t-il impactera leur vie ou celles des autres.

À différentes échelles, le réalisateur présentera l’intimité de l’ensemble de ces personnages (féminins, plus particulièrement) à travers une camera aussi spectatrice que ces spectateurs en salles obscures. Une certaine pudeur dans la réalisation pour exposer de manière plus naturelle les interactions entre chaque protagoniste. Chaque conte à son histoire, mais un fil rouge invisible semble rattacher discrètement ces trois récits.

NOTRE HUMBLE AVIS

Je ne suis pas fait pour le cinéma de Ryūsuke Hamaguchi. C’est un fait au bout de deux longs-métrages, et je pense que c’est irrémédiable. Comme en 2021, le réalisateur apporte au cinéma une proposition généreuse et ambitieuse sur le fond. Malheureusement, la forme de cette proposition l’est beaucoup moins.. ou peut-être beaucoup trop ? Si l’on pouvait s’assoupir assez facilement au cours de son premier film Drive My Car, c’est un peu moins le cas ici grâce à une construction autour de trois contes indépendants les uns des autres. Mais comme l’ensemble des projets pensés de cette manière, vous risquez d’apprécier certaines histoires plus que d’autres. Pour Contes du Hasard et Autres Fantaisies, on démarre malheureusement avec la plus décevante des trois, mais je vous rassure, on termine sur une note beaucoup plus captivante et touchante, venant relever instantanément la note du film.

Comme pour son projet précédent, le film avance à rythme de tortue sous un flow de dialogues monocordes. La caméra est beaucoup moins libre que pour Drive My Car, en cela, le film est aussi moins généreux en matière de réalisation. La grâce des plans de Drive My Car s’est quelque peu évaporée. Pour ce film, les plans sont relativement statiques, on observe langoureusement deux personnages en pleine discussion, et cela pendant de longues.. très longues minutes. On comprend l’intention du cinéaste de créer un noyau d’émotion puissant et d’avancer sur un fil rouge construit autour de personnages féminins qui n’en forment qu’un in fine. Le problème, c’est que la plupart de ces personnages flirtent beaucoup trop avec l’antipathie. En revanche, lorsque l’on raconte des personnages beaucoup plus humains ou attachants, la sauce prend immédiatement, et c’est exactement ce qu’il va se passer pour le troisième conte.

On ne pourra cependant pas enlever au réalisateur ce nouvel air frais qu’il provoque dans le monde du cinéma depuis 2021, avec une approche toute particulière de la structure narrative, et parfois, la beauté morose qu’il apporte à ses personnages. Une atypique proposition cinématographique, mais pas forcément la plus accessible de toutes.

EN DEUX MOTS

Le nouveau film de Ryūsuke Hamaguchi procure les mêmes effets narcoleptiques que son précédent ‘Drive My Car’. Malgré toute la poésie émanant des différents contes, le résultat est clairement en dents de scie. La faute notamment à un rythme proche du point mort

2

Note : 2 sur 5.

Abonne toi au site !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :